Que faut-il savoir à propos du phénomène de survivalisme ?

Un cran plus réel que les films dystopiques et post-apocalyptique, la réalité actuelle dépasse la fiction. Les récits d’anticipation faisant monter le suspense en crescendo représentent, aujourd’hui, pour une catégorie de personnes, le lendemain inéluctable de l’humanité, un scénario réaliste et concret. Contrairement à l’image qu’il peut renvoyer, le phénomène de survivalisme est loin d’être un univers pris à la légère par ses adhérents. Plongeons dans ce monde d’anticipation où tout doit être étudié au millimètre près.

Le survivalisme ou la réponse à un scénario catastrophe

Le survivalisme est une notion, une bannière regroupant les attitudes et les activités des personnes et des groupes se préparant à un cataclysme, une catastrophe ou tout autre événement menant à l’effondrement de la société telle qu’elle est maintenant. Cela peut être une crise financière, l’écroulement de l’écosystème global, une guerre ou une invasion extraterrestre. De manière plus simple, le survivalisme est une réponse active à un chaos local ou général. Bien qu’ayant vu le jour à l’aube de la Guerre froide, le survivalisme n’a cessé d’évoluer face aux menaces potentielles qui ne cessent de se multiplier.

Comment se prépare un survivaliste ?

Le survivaliste, le vrai, est un touche-à-tout et un fin connaisseur en divers secteurs. L’objectif étant de pouvoir survivre de manière autonome, efficace et rapide. Les techniques de survie sont le domaine de prédilection du survivaliste de l’apprentissage du tir à l’arc et de l’arbalète de loisir aux interventions médicales primaires en passant par les ABC de la chasse et de la nourriture en milieu sauvage.

Dans un futur où l’économie, l’écologie et toute fondation du système actuel sont inexistantes, le survivaliste se doit de se munir d’armes psychologiques et physiques. Les premières consistant à se solidifier mentalement pour un avenir chaotique et les secondes étant les outils nécessaires pour garantir la survie de l’humanité. Certains survivalistes en sont même au point de construire des abris antiatomiques, stocker des nourritures et des armes et suivre des cours d’arts martiaux et de toute autre activité physique de défense. Dans un autre registre, certains survivalistes intègrent leurs familles et amis dans le mouvement, histoire d’affronter le chaos à plusieurs.

Vision pragmatique ou appréhension démesurée ?

Bien que le survivalisme puisse être perçu comme une réponse exagérée à une peur excessive, ceci n’en fait pas mois un phénomène ayant des arguments solides. Il faut dire que les crises économiques qui se succèdent, la situation écologique qui ne cesse d’empirer, l’évolution des armes nucléaires et toute l’atmosphère générale ne peuvent être que des facteurs menant à la conception individuelle ou collective d’un lendemain chaotique. Ceci étant dit, le survivalisme est un phénomène qui demande des investissements humains et matériels. Peut-être, vaut-il mieux investir ces ressources pour améliorer le présent que d’attendre effrayé, un lendemain potentiellement inexistant.

Posts created 7

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut